Royal du Perron
Mardi, 6 juillet 2010
par Royal du Perron

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Piaf

Piaf, faire revivre un monstre sacré


Comment résumer en une pièce de deux heures une vie aussi intense et tumultueuse que cette d’Édith Piaf ? C’est le défi qu’a voulu relever l’auteure britannique Pamela Gems.   C’est justement cette pièce que Jean-Bernard Hébert a choisi pour la saison 2010 de son théâtre estival.   Et le défi est audacieux. 


Avec Sylvie Drapeau pour défendre le rôle-titre, on commence avec une longueur d’avance. Et la pièce, traduite par René Dionne et Pierre-Yves Lemieux, et mise en scène par Jacques Rossi,  comporte 36 personnages que se partagent 12 comédiens.   On connaissait les Louis Leplée, Marlene Dietrich,  Jean Cocteau, Momone, Marcel Cerdan… mais les Pierre, Jean, Jacques qui les entourent, beaucoup moins. 


Le dispositif scénique, composé de quatre cadres géants disposés asymétriquement, présente quatre planchers en dénivellation. Un jeu d’équilibre particulier pour les comédiens qui évoluent avec aisance dans ce décor à géométrie variable.  Un fond d’écran aide à situer les différents lieux où l’action se déroule : salle de séjour, chambre à coucher, cabaret, salle de concert, clinique…


Je le disais d’entrée de jeu : incarner Piaf au théâtre, sa vie, ses chansons, pendant deux heures représente tout un défi.  Comment personnifier un personnage aussi unique et complexe et le rendre crédible sur scène ? Je suis contemporain de Piaf.  À tort ou à raison, je m’attendais un peu à trouver… un cri du cœur, des sentiments, une émotion. Rien de cela n’est arrivé.  Non que l’interprète joue mal ou qu’elle soit mal entourée. Au contraire, la distribution est impeccable mais Piaf, c’est Piaf.  Difficile, voire impossible, de faire revivre un monstre sacré; dans l’Hexagone, on le sait pertinemment.  Et j’en arrive à penser, comme l’a dit un jour Paul Buissonneau (qui l’a bien connue) :  «qu’on la laisse donc dormir en paix.»


Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


Avec Sylvie Drapeau, Sébastien Dodge, Francis Durocher, David Fontaine, Jean-Bernard Hébert, Robert Lalonde, Dominique Leduc, Michel-Maxime Legault, Myriam Poirier, Marcel Pomerlo, François Trudel et le musicien Didier Dumoutier


Au Théâtre de Rougemont jusqu’au 4 septembre
Réservations: 1-888-666-3006


Pour en savoir plus : www.theatrederougemont.com


Photos : Mathieu Rivard

©2010, zoneculture.com--Tous droits réservés