Sébastien Dion
Lundi, 26 janvier 2009
par Daphné Bathalon

Pur chaos du désir 1

Pur chaos du désir : chaos en vase clos

Présentée comme la première œuvre théâtrale abordant le drame du 6 décembre 1989 à la Polytechnique, Pur chaos du désir explore les conséquences de ce massacre sur les relations entre les hommes et les femmes. La pièce décortique plus précisément la relation entre Rose et Benoît, un couple dans la jeune trentaine et parent d’un bébé prénommé Aurore.

Alors que les médias se sont longuement attardés à expliquer la folie du meurtrier Marc Lépine, Gilbert Turp, auteur et metteur en scène de la pièce, a pour sa part préféré se tourner vers ce qui soude ou dessoude tout couple : le désir. Jusqu’au 31 janvier prochain, Guillaume Champoux et Catherine Florent se livrent en effet à une bataille des sexes sur la petite scène de la salle Jean-Claude Germain.

La pièce commence le soir du 6 décembre 1989. La nouvelle du drame est déjà parvenue jusqu’à Rose et Benoît, l’un et l’autre sont en état de choc. Peu à peu, et chacun à leur manière, ils vont réagir à la violence et à la haine de cet homme qui a tué quatorze femmes juste parce qu’elles étaient des femmes. Sous la loupe de Turp, le couple s’effrite. Benoît se sent coupable d’être un homme, et, par ce seul fait, d’avoir un lien avec le meurtrier. Rose s’éloigne de lui et sa panne de désir post-partum s’éternise. Au fil des mois, l’incompréhension grandit entre eux.

 

Pur Chaos du désir 3



L’action se passe toujours au salon, pièce principale de la demeure : ils y rient, y pleurent, y crient de désespoir et y font l’amour doucement ou violemment. Dans la scénographie spartiate signée Cynthia Saint-Gelais, quelques panneaux suggèrent les autres pièces que les personnages visitent à de rares occasions. Cela contribue sans doute à l’impression d’une mise en scène statique au cœur de laquelle les comédiens tentent d’insuffler leur chaos personnel. Champoux y réussit bien, il incarne un Benoît qui traverse toute une gamme d’émotions divergentes, passant du sarcasme aux larmes puis à la colère. Lors de la scène finale, tout particulièrement, ses tourments intérieurs maintiennent le public en haleine.

Gilbert Turp propose une pièce réaliste et intimiste qui, malgré toutes les qualités du texte, échoue à nous entraîner profondément dans les relations amoureuses et dans le chaos que peut engendrer le désir à l’intérieur de celles-ci. On reste plutôt en surface, davantage intéressés à suivre la vie du couple sur scène qu'à réfléchir sur le malaise identitaire masculin ou à remettre en question les rapports humains. Prendre pour point de départ le massacre à la Polytechnique promettait pourtant une sérieuse réflexion sur la société québécoise et son rapport à l’autre (l’homme ou la femme).

 
Pur chaos du désir est écrit et mis en scène par Gilbert Turp

Pur chaos du désir, texte et mise en scène de Gilbert Turp, avec Guillaume Champoux et Catherine Florent.

Jusqu’au 31 janvier 2009 à la salle Jean-Claude-Germain du Théâtre d’Aujourd’hui.

Info et réservations : (514) 282-3900

 

Pour en savoir plus : http://www.theatredaujourdhui.qc.ca/

 

Photos : Valérie Remise