Céline de la Roche
Lundi, 25 avril 2011
par Céline de la Roche

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Ronfard

Ronfard nu devant son miroir

Evelyne de la Chenelière et Daniel Brière nous emmènent en voyage au cœur des désirs, des coups de gueule, et de la vie du regretté auteur, comédien, metteur en scène et pédagogue, Jean-Pierre Ronfard. Une création théâtrale qui se veut en continuité du travail de Ronfard et de sa constante quête de liberté artistique.

En 2003, Jean-Pierre est en France, il sort d’un dîner arrosé avec des amis. Il appelle sa collègue du Nouveau Théâtre Expérimental, Marthe Boulianne, à Montréal, et lui laisse un message : besoin de parler, cri intérieur, envie de faire, de se lâcher, d’arrêter d’être «trop correcte», urgence… puis «merde», un ras-le-bol, il en a marre ! Jean-Pierre raccroche.

Evelyne et Daniel ont disséqué ce message dans tous le sens pour le vivre, le ressentir, le l’interroger, le comprendre et nous le livrer librement par petit bout en jouant avec, le restructurant jusqu’au message intégral brut. Chaque fragment de ces propos nous plonge tête baissée dans le monde de Jean-Pierre.

L’Espace libre… une table de ping-pong, un magnétophone et une caméra vidéo sous une immense tente… des chaises et quelques grands coussins à l’avant pour nous accueillir… les comédiens s’échauffent, échangent entre eux, se concentrent… Évelyne et Daniel accueillent le public, tout en saluant des amis, des connaissances. L’atmosphère est conviviale, idéale pour s’ouvrir à l’expérience théâtrale que l’on nous a préparée.

Les lumières baissent... De la Chenelière et Brière s’assoient côte à côte à une grande table, prêt à suivre le spectacle avec nous. Les premières répliques sont en allemand, traduites en français, mais quelle relation entre Ronfard et l’Allemagne ? Evelyne explique avoir trouvé une réponse à la désinvolture du message de Jean-Pierre dans le théâtre contemporain allemand, référence d’une démarche artistique indépendante.

L’Algérie de son adolescence, sa mère et ses prières, sa femme (NDLR : Marie Cardinal) et mère de ses trois enfants, ses voyages, le théâtre expérimental, sa quête, le vin blanc… Les huit comédiens incarnent tous Jean-Pierre à tour de rôle : Jean-Pierre le bébé, Jean-Pierre l’enfant, Jean-Pierre l’adulte, Jean-Pierre l’amoureux, Jean-Pierre le mari, Jean-Pierre le père, Jean-Pierre l’artiste, Jean-Pierre le professeur, Jean-Pierre le guerrier, Jean-Pierre le révolutionnaire, Jean-Pierre qui répond à Sophocle, Jean-Pierre l’épicurien, Jean-Pierre qui cherche le chemin de la non normalité, en quête de liberté… mais qui est toujours ramené sous la tente fermée, métaphore de la banalité, du type «correcte» qu’il a marre d’être.

Une invitation à prendre un verre au Ronfard Bar pendant les 15 minutes d’entracte interactif… Soudain, notre attention est attirée par Evelyne lisant des autocritiques camouflées en critiques post-premières de son «objet théâtral», et qui déclenchent une discorde avec Daniel sur justement le thème de la provocation.

Danse, chant (Winterreise de Schubert, interprété par Julianna Herzberg) et vidéo font partie intégrante de la démarche expérimentale d’Evelyne et Daniel qui rentrent en scène dans la seconde partie. La prestation envoûtante des danseurs Victoria Diamond et Nicolas Labelle, incarnant les enfants de Jean-Pierre, clôturent ce fascinant travail collectif qui fait appel à la créativité, la sincérité et l’humour de chacun des huit artistes.

Pour le spectateur qui connaît peu l’œuvre et le travail de Jean-Pierre Ronfard, il peut être moins évident de saisir quelques références ou choix artistiques, mais il sortira de ce spectacle avec un profond désir de mieux connaître ce personnage exceptionnel que fût Jean-Pierre Ronfard.

Quel bel hommage à notre Jean-Pierre et à son héritage théâtral !

Texte et mise en scène : Daniel Brière et Evelyne de la Chenelière
Distribution : Daniel Brière, Evelyne de la Chenelière, Claude Despins, Victoria Diamond, Julianna Herzberg, Nicolas Labelle, Daniel Parent et Isabelle Vincent
Éclairages : Nicolas Descôteaux
Conception sonore : Larsen Lupin
Conception de mouvements : Estelle Clareton
Aide scénographique : Michel Ostaszewski

Jusqu’au 30 avril 2011
Espace Libre, 1945, rue Fullum
Billetterie : 514-521-4191

 

Pour en savoir plus : http://www.espacelibre.qc.ca/ronfard-nu-devant-son-miroir

 

Photo : Daniel Brière

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés