Mario Landerman
Jeudi, 6 janvier 2011
par Mario Landerman
inicjalization...led banner
 

Bye bye 2010

Bye Bye 2010 : Honnête moyenne

Jamais un Bye Bye n’aura fait l’objet de tant de spéculation de la part du milieu d’une certaine presse.  En effet, je peux presque imaginer la scène dans les locaux d’un quotidien connu de la rue Iberville.  Une réunion autour de la télé, calepin et crayon en mains, prêt à noter les moindres incartades et coups d’épingles contre un certain empire médiatique…


Bon, on est entre nous, disons-nous les vraies affaires!  On va enlever le papier d’emballage, et appeler un chat un chat.  Donc, ce qui est plus haut devrait se lire :


Jamais un Bye Bye n’aura fait l’objet de tant de spéculations de la part de la presse à la solde de Québecor.  En effet, je peux presque imaginer la scène dans les locaux du Journal de Montréal.  Une réunion autour de la télé, calepin et crayon en mains, Michelle Coudé-Lord, fidèle chien de garde prête à noter les moindres manquements à l’empire, à son empereur et sa cour.


Je l’avoue, j’ai eu un certain plaisir à lire le papier de la dite journaliste, lorsque cette dernière s’est finalement décidée à en produire un.  Le dépit se lit presque à chaque ligne.  On devine que la dame cherche en vain sous quel angle crier au scandale, et retrouver les beaux jours de 2009.  Ne le trouvant pas, elle retombe dans le mode « Caliméro » (C’est injuste, c’est injuste, c’est vraiment trop injuste), mode qu’elle a fait sien lors de sa sortie en règle contre la conférence de presse du tandem Cloutier-Morissette, le 20 décembre dernier.


Ce qui est injuste?  Les parodies de Julie Snyder, de Chantal Lacroix, de Mélanie Maynard, de Taxi 0-22, etc.  Bref, toutes les attaques contre le gratin de TVA!


Pourtant, certains des gags contre la télé de la rue Alexandre DeSève étaient bien mérités, ne lui en déplaise.


Mais avant d’en venir à ce que j’ai aimé de ce Bye Bye, je vais plutôt parler de ce qui, à mon avis, était moins bon.


Le sketch sur Gregory Charles était, disons-le,…plate.  Le gag a été si souvent fait qu’il a perdu toute drôlerie. On le sait que Gregory Charles a cinquante mains, cinquante pieds, des yeux tout le tour de la tête, et des bouches partout sur le corps pour former une véritable chorale.  La carte de l’homme-orchestre a été jouée à outrance.  On aurait pu donner ce temps d’antenne à plein d’autres événements.  Un exemple parmi  tant d’autres : les deux mononcles de RDS qui commentent la mode sportive.


Autre gag pas très réussi : la parodie de Taxi 0-22.  Malgré toute la bonne volonté de Véronique Cloutier de faire un job crédible, je n’embarquais pas.  Joannie Rochette, qui décidément ne fait pratiquement jamais de fautes de goût, en a profité pour souhaiter la bonne année à tout le monde, comme cliente de…Rogatienne?


Enfin, La parodie de Lance et Compte était trop longue, avec cependant quelques bonnes trouvailles.  Mais là comme pour Gregory Charles, l’ensemble sentait le réchauffé. Rien que RBO n’avait pas fait, en mieux, voilà de nombreuses années.


Ceux qui y ont goûté


Contrairement à ce qu’on pourrait penser sur la rue Iberville, Jean Charest et ses amis figurent parmi ceux qui furent le plus écorchés par l’équipe du Bye Bye 2010.  Et certaines des perles de l’émission se sont retrouvées justement dans le domaine politique.  La parodie de Bad Romance de Lady Gaga vaut le détour.  Une Véronique Cloutier dangereusement en forme, qui a bien su faire passer le message de l’écœurement de la majorité des québécois face au gouvernement Charest.


Déménage donc d’la capitale, une autre perle qui va alimenter nos fantasmes politiques jusqu’aux prochaines élections.  Et la parodie On a échangé nos maires touche brillamment à la politique municipale.  J’ai aimé voir l’échangeur Turcot tomber en morceaux.  Hilarant, et à l’image d’un maire qui manque singulièrement de panache et de leadership, contrairement à son homologue de Québec.  Le côté « petit empereur » de Régis Labeaume a été habilement exploité, avec son équipe de conseillers des plus réfléchis. 

 

Bye bye 2010


Stephen Harper n’a pas été épargné. Le yes-man de Georges W. Bush a démontré que le changement d’occupant à la Maison-Blanche n’a rien fait pour le rendre plus intelligent.  Cependant, il s’agissait encore une fois d’un gag trop long, qui aurait gagné à être écourté de moitié.


Le gag sur la femme de Marc Bellemare, que certains esprits frileux pourraient trouver raciste, m’a semblé plutôt moyen dans son exécution.  Heureusement, il était court.  Mais la parodie de la commission Bastarache, au complet avec Messmer pour hypnotiser les contribuables, était des mieux venues.  Tous les acteurs de la commission ont reçu une volée de bois vert, ciblant leur parti pris.  Et voir Bastarache, le copain de poker de Jean Charest faire la poule sous hypnose illustrait encore mieux le manque de sérieux de cette commission.


Les enfants du poste

Bye bye 2010


Dans les parodies télévisuelles, celle sur Céline et Julie Snyder  était mordante, et ô combien amusante.  Jouant sur l’opportunisme de TVA, le sketch a énoncé clairement des vérités qu’on n’ose dire trop fort, dans le milieu tricoté serré des artistes.  Des perles comme : «j’ai assez hâte que PKP la mette en lock-out!», ou encore la blague sur le contrat d’amitié avec Céline pour une durée de trois ans ont bien illustré l’opportunisme des Productions J face à Céline Dion, et vice versa.


La parodie d’une des déceptions de l’automne, Les Rescapés, rebaptisée pour la circonstance Les Arriérés, était une autre excellente trouvaille, allant jusqu’à être meilleure que l’émission censée être parodiée.  Monseigneur Marc Ouellet, si votre carrière au Vatican s’avère de courte durée, ce dont je doute, pensez à revenir sous les traits d’un humoriste.  Vous allez faire salle comble!


Les maquillages, dans l’ensemble, étaient excellents.  Joël Legendre était méconnaissable en Céline Dion, et Louis Morissette faisait une doublure de Jean Charest des plus crédibles.  Une des fausses notes était le maquillage de la parodie d’Isabelle Racicot, franchement laid!


La qualité de la production a su encore se faire valoir avec la parodie de l’émission de Josélito Michaud, On prend toujours un arrière-trainJoël Legendre, en Josélito, ne savait plus où regarder tellement les seins de la fausse Anne-Marie Losique, personnifiée par Hélène Bourgeois-Leclerc, semblaient prêts à l’agresser!  Une belle parodie, et je prédis que le « Je suis intelligente ; je suis une femme d’affaires », va faire le tour des conversations en 2011, pour désigner les nunuches.


Joël Legendre et Hélène Bourgeois-Leclerc furent d’excellentes additions à l’équipe du Bye Bye.  Leurs talents de comédien furent employés à bon escient, et transcendaient leurs maquillages, aussi réussis soient-ils.


La parodie de Ça finit bien la semaine, bien que nettement moins réussie quant aux animatrices, l’était davantage du côté des invités.  J’ai beaucoup ri de voir les interactions des pseudos Anik Jean et Patrick Huard


La parodie de Dubois en promotion était criante de vérité.  Claude Dubois est une personnalité qui, de par ses frasques, a su s’aliéner le public en 2010.  Sa téléréalité fut plus reconnue pour ses moments « C’est moi, la reine de TQS », que pour l’émission elle-même.  Au final, la parodie avait plus de contenu que l’émission originale!  Moments forts : la cuisson des croissants Pillsbury par Crystal, et les projets de chansons de Dubois repris par, entre autres, des écureuils et des chiens.  Devinez qui s’en tire le mieux?


Changeons le sexe et le nom du poste de la reine de TQS, et on obtient…le king de V!  Jean-François Mercier fait une apparition clin d’œil, apostrophant André Caillé, venu creuser sur le terrain de Mercier pour y trouver des gaz de schiste. Beaucoup n’aiment pas «le gros cave».  Selon moi, on manque de ce genre d’humoriste qui dit les vraies affaires, même si certains aimeraient lui laver la langue à l’eau de javel!


Rencontre paranormales, et plus spécialement son médium Roger Mainville, en ont pris pour leur rhume.  Il y a des limites à prendre le monde pour des valises, et la parodie, plutôt lénifiante du côté de l’imitation de Chantal Lacroix, fut bien envoyée. Apparemment, le médium en question n’a pas les idées assez larges pour relever le défi d’Infoman.  Ce faisant, il a amené de l’eau au moulin de tous les sceptiques du Québec!


J’ai gardé ce qui, selon moi, était le meilleur pour la fin  L’imitation de Xavier Dolan était très drôle. Et même l’invité-surprise, le rocker Martin Deschamps, était drôle dans son contre-emploi de coiffeur! 

Le décompte était incolore, inodore, sans saveur.  Une chose que j’aurais aimé voir c’est Sylvain Lafrance de Radio-Canada et Pierre-Karl Péladeau de Quebecor se donner une poignée de mains et un baiser de paix sur le coup de minuit!  Ce fut un des moments parmi les moins bien exploités de ce Bye Bye.


Dans l’ensemble, un Bye Bye honnête, comme toute compilation qui se respecte.  Dans ces dernières, il y aura fatalement des choses qui plairont à l’un, et déplairont à l’autre.  C’est le prix à payer pour donner un petit quelque chose à tout le monde.

 

Photos : Radio-Canada

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés