Royal du Perron
Lundi, 10 janvier 2011
par Royal du Perron
inicjalization...led banner
 

Gaston L'Heureux

Gaston L’Heureux  1943-2011


Gaston L’Heureux n’est plus, je suis attristé. Je ne m’attarderai pas à son curriculum vitae qu’on a vu partout, je parlerai plutôt de l’homme.


Je l’ai rencontré pour la première fois il y a 20 ans à son émission L’Heure G, à Radio-Canada.  J’étais invité à titre de directeur de la revue Au naturel, une publication vouée à la promotion du naturisme.  Ce jour-là, j’étais entouré de géants : outre l’animateur à la stature gigantesque, les invités comptaient Gratien Gélinas et Gilbert Bécaud.  En ondes, nous avions évidemment parlé de naturisme et après l’émission, Gaston m’avait dit, sur un ton banal, qu’il en faisait parfois «avec des amis au chalet».


Un homme libre


Comme l’ont souligné Louise Deschâtelets et Pierre Curzi,  Gaston était un homme libre, franc et très direct.  J’ai revu Gaston dans les studios de TVA pour l’enregistrement d’une émission spéciale consacrée à un populaire téléroman qui venait de prendre fin.  Les questions posées pouvaient paraître indiscrètes mais c’était sa façon de travailler, alors, j’y répondais avec une égale franchise. A-t-il été fier de rencontrer un homme qui lui rendait la pareille ? Je n’en sais rien mais au moment de nous quitter, il s’est approché pour me serrer dans ses bras.


Un homme généreux

Gaston L'Heureux


Gaston était un être attachant que tout le monde aimait; j’ai toujours eu grand plaisir à le rencontrer comme en 2006 lors d’une réception à l’Hôtel de Ville de Montréal pour fêter les doyens des artistes de l’UDA. Il avait pris la parole à titre de président de la Fondation des artistes, poste qu’il occupait toujours à sa mort.  Gaston savait  s’oublier pour penser aux autres; il s’occupait également de plusieurs autres organismes philanthropiques.


J’ai rencontré Gaston L’Heureux pour la dernière fois le 18 août dernier alors qu’ARTV lançait sa programmation d’automne. Cette fois, les rôles étaient inversés, c’est moi qui l’interviewais et il m’a fait tellement rire.


 Un homme cultivé


Le côté grivois de Gaston L’Heureux  faisait oublier sa grande culture. Extrêmement articulé, il connaissait les rouages des systèmes sociaux, culturels et politiques.  Il aurait pu  faire un grand journaliste mais il a été confiné aux Variétés après avoir animé Au masculin en 1970.   Son apport au monde télévisuel demeure néanmoins  incomparable.


Gaston L’Heureux nous quitte à l’âge de 67 ans. Par son travail soigné et son sens de la dérision, il a marqué l’imaginaire collectif des Québécois. Son départ porte à réflexion sur le don de soi et sur la fragilité de la vie.

Gaston, à chaque rencontre, tu remplissais mon cœur de joie, tu vas me manquer.

 

 

Photos et vidéo : Mario Landerman


©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés