10 octobre 2007 par Royal du Perron


Le 3950 de Luck Mervil

Il y a loin de la coupe aux lèvres

Pour voir la bande-annonce de l'émission :

http://www.tv5.ca/horaire-television/details-emission/125/35708_.html

Si elle en avait, Janette Bertrand rirait dans sa barbe. Le 3950 de TV5, adaptée de l’émission 93, faubourg St-Honoré de Thierry Ardisson, diffusé vendredi dernier, nous a montré des gens qui discutent en mangeant autour d’une table.

Fidèle au concept français, Luck Mervil, le chanteur d’origine haïtienne qui agit comme animateur, a invité chez lui des personnalités pour discuter des accommodements raisonnables. Il s’agissait d’un musulman, un détestable imam du nom de Saïd Jaziri, un chef Amérindien Max Gros-Louis, un catholique prêtre et député, Raymond Gravel, un sikh québécois, Shabad Saroop Sigh Khalsa ainsi qu’ un illustre avocat, défenseur des droits de l’homme, Me Julius Grey et son épouse, Lynn Casgrain, (nièce de la regrettée Thérèse) et seule représentante de la gent féminine à une table de sept convives.

On a réservé les services d’un traiteur réputé.  Les meilleurs mets ont été sélectionnées, les vins fins ont été soigneusement choisis. Mais l’émission démarre sur les chapeaux de roue quand l’imam interdit qu’on boive du vin en sa présence. «Plutôt quitter sur le champs. » On aurait le goût de lui dire qu’il arrive en ville, qu’il n’est plus dans son village berbère de Tunisie, entre deux chèvres et trois moutons.  Mais on accepte de bonne grâce.  On est comme ça, nous les Québécois, on endure, on se transforme en carpette. 

L’émission a été lourdement critiquée avant même sa diffusion.  Et depuis, ça ne dérougit pas.   Beaucoup de journalistes, chroniqueurs, blogueurs en parlent en coiffant leur reportage : Le dîner de cons.

Michel Vastel, fier de ses origines françaises où la bonne chère et les vins fins sont sacrés n’en finit plus d’exprimer son outrance devant le manque de jugement de Luck Mervil et de sa productrice Anne-Marie Losique, d’avoir accepté à table un convive interdisant qu’on boive une boisson alcoolisée en sa présence.

On le sait, les émissions de TV5 sont diffusées un peu partout à travers le monde.  De quoi avons-nous l’air, s’interroge le rédacteur de l’Actualité.  


L'imam Saïd Jaziri (photo Josh Chapman / The McGill Daily)

Qui plus est, l’imam Jaziri a dénoncé l’homosexualité au grand damn de Me Julius Grey  qui a consacré sa vie à la défense des droits de l’homme et surtout de l’abbé Gravel qui en a fait aussi la cause de sa vie avec celle de l’avortement.  Jaziri ne démordait pas : on choisit d’être homo et c’est de la perversion.  Tous arguaient que les gais ne choisissent pas, rien à faire.  Même le chef Wendat, Max Gros-Louis a tenté d’expliquer le phénomène à l’imam plus fermé qu’une huître : « Ça se voit même chez les animaux : j’avais un troupeau de wapiti; le doyen des mâles était une bête superbe, on comptait sur lui comme géniteur pour multiplier l’espèce; les femelles en rut lui tournaient autour mais il ne voulait rien savoir d’elles, s’amusant à faire des calins aux autres mâles. »

Enfin, il y aurait beaucoup à dire sur ce repas incongru qui s’est terminé par une chanson mièvre de Mervil, genre : accordez-vous donc, c’est si beau l’accordéon…

L’émission est intéressante mais l’erreur a été d’inviter ce musulman extrémiste qui horripile tout le monde en plus de faire honte à sa propre communauté.  Mervil a tenté de justifier sa décision en disant qu’il était pour le dialogue et le manque de dialogue engendre les guerres.  Tout le monde est pour la vertu et la tarte aux pomme; ça on le sait mais le manque de respect et les affirmations extrémistes de son indésirable convive ont pu engendrer chez le téléspectateur, non seulement l’ire, mais la colère et le racisme.

Le 3950 sur TV5 le samedi à 19h.

Photo de Luck Mervil : Ivanoh Demers / La Presse