Royal du Perron
Mardi, 17 août 2010
par Royal du Perron

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Gaydailles 2010

La contre-attaque des Gaydailles


Elles ont contre-attaqué ces Gaydailles de Jasmin Roy, elles. dont le spectacle de 2009 est critiqué ici par mon collègue Mario Landerman. Cette année, elles ont  joué au Club Soda durant le Festival Juste pour rire et à la Cinquième Salle de la PDA durant les Célébrations de la Fierté. Dans ce «happening» humoristique mais aussi spectacle-vérité, on remet les pendules à l’heure.

 

 


L’auteur d’Osti de fif!  en a eu marre du traitement infligé à Johnny Weir, patineur olympique aux jeux de Vancouver par le télédiffuseur officiel, le réseau RDS. À l’encontre de toutes les règles d’éthique professionnelle et de la Charte des droits de la personne, les deux commentateurs, Alain Golberg et Claude Mailhot avait dit que l’athlète était un «mauvais exemple» pour les jeunes et qu'il donnait une mauvaise image au patinage artistique et même qu’on devrait lui faire passer un test de féminité.  On s’en souvient, la bourde avait créé tout un tollé dans les médias et pour qu’on n’oublie pas, Roy a voulu remettre les deux twits à leur place.  Aussi, le geste du Ministre de l’Immigration Jason Kenny de supprimer le chapitre sur les droits des gais du Guide de l’immigrant, a irrité au plus haut point l’auteur, le comédien et l'animateur. Ces deux erreurs grossières ont donc  inspiré le titre du spectacle :  Les Gaydailles contre-attaquent.

 

 


Pour l’occasion, Jasmin Roy, «le super gai de service» a voulu s’entourer de Nadja «La diva», Pierre-Olivier Cyr «L’hypnotiste», Mathilde Laurier «La dévoreuse de moquette», Guillaume Wagner «Le semeur de doute» et Michel Sigouin «Le straight radical». Des artistes intéressants dans leur genre respectif.  Quel plaisir de voir Nadja sur scène, sa voix chaude nous a tous enveloppés.  Les autres artistes de l’humour et de l’hypnose ont fait des numéros divertissants.


Pouce levéJ'ai aimé ce spectacle d’humour et de chansons.  Il  fait bon entendre de grandes vérités dans cette période aseptisée par la rectitude politique.  Les Gaydailles contre-attaquent, vraiment, une belle initiative.


Pouce baisséJe n’ai pas aimé la salle super bondée du Club Soda où les serveurs se baladent tout en faisant ainsi péremptoirement  obstacle aux artistes sur scène. Une grossièreté inacceptable; cette salle n’a-t-elle pas de gérance pour assurer le respect des artistes qui s’y produisent et de la clientèle qui s’y déplace?


Vidéos : Mario Landerman

©2010, zoneculture.com--Tous droits réservés