Mario Landerman
Jeudi, 25 juin 2009
par Mario Landerman
 

AfficheAfficheAffiche

SAKA / Cirque à cheval : Une première à la hauteur

 

Sucré-Salé
L'équipe de tournage de Sucré-Salé était sur les lieux, avec Renée Martel

 

Le 18 juin dernier, des membres des médias, ainsi que des invités très spéciaux et le public, étaient conviés à la première de SAKA/Cirque à cheval dans son nouvel environnement à Saint-Sauveur.  Après avoir séduit les gens de Bromont pendant deux étés, le spectacle s’installe maintenant au pied du Mont Avila, plus précisément dans le vaste stationnement de ce centre de ski.

 

Cavalia vs SAKA : Qui l’emporte?


La question peut se poser. De SAKA ou de Cavalia, quel est le meilleur spectacle?  À la vérité, il ne peut y avoir de concurrence entre les deux.  Leur point commun, les chevaux, est pourtant leur différence majeure.  Là où le premier privilégie la beauté des tableaux et une certaine forme d’esthétisme, le second est axé sur des numéros où l’action et l’humour sont constamment présents.  De plus, il n’y a aucune comparaison entre les prix des billets pour les deux spectacles.  Le billet le moins cher à Cavalia vous donne un siège avec une “vue partiellement obstruée”, contre un siège des plus décents à SAKA.  Cela dit, comme les deux spectacles émanent de gens venant du Cirque du Soleil, il est intéressant de les comparer.

 

Le spectacle


Un cirque équestre traditionnel, où les numéros de prouesses physiques de la part des chevaux et de leurs accompagnateurs humains se succèdent.  Et ce, pour le plus grand plaisir des près de 1,200 personnes qui étaient là.  L’ambiance bon enfant est assurée par le clown de service, et ce, bien avant que le spectacle commence! 


En ouverture, Gilles St. Croix, co-fondateur du Cirque du Soleil et créateur de SAKA a remercié le public d’être là, malgré une température des plus rébarbatives. 


J’en profite ici pour lancer un appel particulier aux dames.  Lorsque vous allez visiter un cirque, lors d’une journée pluvieuse, n’allez quand même pas vous habiller comme pour une soirée de gala!  Les occasions de se salir et de casser un talon aiguille sont nombreuses à SAKA.  Malgré cela, l’éternel féminin n’empêchera probablement pas de mettre des gougounes dorées et argentées sous la pluie! 


Avant d’entrer (ou de sortir) sous le chapiteau, on passe dans les écuries, où on peut voir les vedettes équines du spectacle, et même les photographier.  Encore une fois je me dois de comparer à Cavalia, qui exige des frais additionnels pour cette attraction.


La piste circulaire de 13 mètres offre au spectateur une excellente visibilité peu importe le siège.  Une aire traditionnelle, certes, mais qui remplit bien son mandat d’en mettre plein la vue!


Et les numéros se succèdent avec une rapidité et une énergie fulgurantes.  Parmi les plus appréciés, on retrouve les jongleries sur chevaux, le mini-spectacle cosaque, où de fringants cavaliers font des acrobaties à couper le souffle sur leurs montures, et le tandem humoristique mettant en vedette le clown et Bohémio, un cheval très intelligent avec un bon sens du timing comique.


Mais il y a tellement d’autres prestations intéressantes, comme le numéro de haute école, le clown peintre (un numéro qu’on aurait qualifié de risqué un demi-siècle plus tôt), et le saut dans un cerceau enflammé.


Les costumes de François Barbeau évitent le piège d’être trop flamboyants, et réussissent à donner le ton juste à tous les acteurs humains, tout en les rendant sexy.


Le public ne s’est pas fait prier pour danser et taper des mains lors de la finale endiablée, remerciant par là les artistes qui les ont fait vibrer sous la tente!


Je vous présente ici un diaporama qui résume bien le spectacle.

 

 

 

SAKA/Cirque à cheval, jusqu’au 7 septembre, dans le stationnement au pied du Mont Avila.


Pour en savoir plus : http://nouveauxcavaliers.com/

 

Photos : Mario Landerman

©2009, zoneculture.com--Tous droits réservés